(77) champagne-sur-Seine

L’énergie solaire dans le logement social à Champagne-sur-Seine

 

Ce projet de la ville de Champagne-sur-Seine aborde la question de la maîtrise des charges et de la précarité énergétique dans le logement social. Il a consisté en la réhabilitation de 111 logements, dont le chauffage était assuré par une chaudière au charbon, et l’eau chaude sanitaire par des chaudières individuelles au gaz. Au départ, l’objectif était de modifier ces installations pour ne garder que l’énergie gaz pour tous les aspects thermiques. Une fois les bâtiments échafaudés pour la rénovation de la façade, l’installation de panneaux solaires a été envisagée pour maintenir en température la boucle d’ECS (eau chaude sanitaire). Les 38 m2 de capteurs qui ont ainsi été installés assurent environ 10 % de la production d’ECS, ce qui permet de compenser par une baisse des charges locatives la hausse de loyer due à la rénovation.

L’économie d’énergie réalisée est d’environ 22 000 kWh par an. L’OPAC du Pays de Fontainebleau a réalisé l’investissement, mais c’est le locataire qui bénéficie in fine de la baisse des charges (aspect social du développement durable). Cependant, le maintien du couple loyer + charges permet également à l’OPAC de ne pas mettre ses locataires en difficulté. Avec 48 % de logements sociaux, la commune n’est pas riche. Dès qu’il faut investir, elle essaie tout de même de verser un fonds de concours à l’OPAC, mais les moyens sont limités.

Cette opération était la première menée par l’OPAC dans le domaine de l’énergie solaire. Elle va être généralisée à d’autres résidences, non seulement pour le maintien de température dans la boucle, mais aussi pour la production d’eau chaude sanitaire.

 

 

Crédit photos : OPAC du Pays de Fontainebleau