78 – La Boissière-École

Tour de France de l'Énergie : une ferme unité de méthanisation exemplaire

logo chp goes green

 

digesteurs redL’une des toutes premières unités de méthanisation d’Île-de-France, située à la lisière de la forêt de Rambouillet, ne s’inscrit pas uniquement dans une démarche de production d'énergie renouvelable. En adoptant les principes de l’agriculture de conservation, la ferme de la Tremblaye est un cas d’école d’un projet circulaire bien pensé.

Rien ne se perd, tout se transforme. À La Boissière-École, la ferme de la Tremblaye incarne chaque jour le principe de Lavoisier : 150 hectares de terre y sont cultivés pour nourrir près de 700 caprins et 230 bovins, qui alimentent la fromagerie. Le lactosérum produit dans la fromagerie et quelques millions de tonnes de fumier sont valorisés dans l’unité de méthanisation, opérationnelle depuis décembre 2012. Le biogaz extrait par fermentation alimente une unité de cogénération qui produit chaleur et electricité. L'electricité injectée sur le réseau et vendue à EDF équivaut à la consommation de 600 foyers, la chaleur produite est utilisée pour chauffer les batiments de la fromagerie ou le séchoir à luzerne, utilisé pour nourrir le bétail. Le digestat, (la matière non digérée par les bactéries du digesteur), étant ensuite utilisé pour fertiliser les sols.

Compliqué ? Tout se passe comme si la ferme de la Tremblaye disposait de plusieurs fermenteurs, tous comparables selon Henri Cazajus, directeur de l’exploitation, au fonctionnement de l’estomac d’une vache : le premier fermenteur est le sol, qui n’est plus labouré pour respecter les principes naturels, et sur lequel des plantes comme la luzerne sont privilégiées, pour leur apport calorique et leurs qualités agronomiques (la luzerne produit, par exemple, son propre azote). La panse des vaches, modèle de fermentation, mais aussi la fromagerie sont les autres fermenteurs du lieu, entouré d’une station d’épuration et de l’unité de méthanisation, équivalente aux panses de 10 000 vaches.

fumier red digest1 red  

©ARENE-C. Bertolin

©ARENE-C. Bertolin

 

 

Une unité bien intégrée

Construite en profondeur, de couleur verte, afin de respecter le paysage, l’unité de méthanisation fournie par le groupe allemand MT-Energie, se compose de trois batiments : le digesteur, le post-digesteur et la cuve de stockage du digestat, conçue pour abriter 8 mois de stockage.

Quelque 12 700 tonnes d’effluents y sont broyés : fumier de vaches et de chèvres, mais aussi des chevaux des haras voisins, et des oignons fournis par un producteur local. Le fumier doit être « propre », débarrassé des impuretés qui pourraient gêner la tâche des malaxeurs. Dans le digesteur, des malaxeurs brassent ces éléments, à une température d’environ 40°C, dans un milieu privé d’oxygène. Le biogaz produit, constitué de méthane, de dioxyde de carbone et de soufre, migre vers le haut du digesteur, où de l’oxygène est injecté afin de cristalliser le soufre, qui se dépose en stalactites sur un filet.

Le gaz est refroidi à 13°C, et nourrit une génératrice qui produit de l’électricité. La puissance électrique avoisine les 250 kW, ce qui permet d'alimenter environ 600 foyers. Enfin, le digestat est stocké dans une troisième cuve, de 5 600 m3, qui permet de doubler la capacité de stockage habituel et de pouvoir fertiliser les sols quand ceux-ci en ont besoin.

3digest red  elect red 

 ©ARENE-C. Bertolin

©ARENE-C. Bertolin

 

97°C sinon rien

Les exigences des exploitants de la ferme ont ainsi poussé les Allemands à fournir une eau à 97°C, versus les 84°C habituels, pour répondre aux besoins de la fromagerie. Cette eau chaude cogénérée par le moteur à combustion, permet de chauffer les installations, en complément d’une chaudière bois installée en 2006. L’été, cette eau chaude est utilisée pour sécher la luzerne.

Certifiée ISO 14001, pour l’ensemble de sa chaîne de production, la ferme de la Tremblaye a bénéficié de 28% de subventions pour ses investissements. Selon Henri Cazajus, l’unité de méthanisation produit à 70% de ses capacités. L’Allemagne dispose d’environ 8000 unités de méthanisation, la France s’est engagée à en installer 130 par an comme celle de la Tremblaye.

 

Chiffres clés

  • Biogaz : 923 000 m3 (55% méthane), 5 120 MWh (énergie primaire)
  • Chaleur : 2 304 MWh, rendement 45%
  • Électricité : 1 985 MWh (47 MWh pour l’autoconsommation), rendement 37%
  • Entrée : 12 700 t par an
  • 3 cuves : digesteur (1 200 m3), post-digesteur (1 200 m3), stockage digestat (5 600 m3)

 

Henri Cazajus en explique les grands principes :

 

Pour en savoir plus sur le biogaz issu de la méthanisation des déchets organiques :

http://www.areneidf.org/fr/Biogaz-issu-de-la-methanisation-des-dechets-organiques-516.html