(75) Paris

La Halle Pajol, la plus grande centrale solaire urbaine d'Île-de-France

Le maire de Paris Bertrand Delanoë a inauguré mi avril 2013 la plus grande centrale solaire de Paris, installée sur le toit de la Halle Pajol (XVIIIe), un ancien entrepôt de la SNCF en cours de réhabilitation.

La centrale photovoltaïque couvre une surface de 3.500m2 pour une production de 410.000 kWh/an, ce qui la place au premier rang des centrales photovoltaïques urbaines de France.

La Halle Pajol réhabilitée, abrite d’ores et déjà une auberge de jeunesse, 100% éco-durable, qui accueille jeunes et moins jeunes du monde entier depuis mi-mai 2013. Une bibliothèque et un jardin couvert de 2500 m2 devraient être achevés à la fin de l’année.

 

Un bâtiment THPE

Le bâtiment novateur a été imaginé par l’architecte Françoise-Hélène Jourda, l’une des pionnières de l’architecture environnementale en Europe. Son parti-pris a conduit à la réhabilitation de la charpente de la halle SNCF : dix des dix-huit Sheds d’origine de l’ancien entrepôt à structure métallique soutiennent la centrale solaire d’une puissance totale de 465kWc. Les 410 MWh produits chaque année devraient plus que compenser la consommation de la construction mixte bois-béton qui, niché sous la halle, profite d’une enveloppe de 47 cm d’épaisseur. En plus des panneaux photovoltaïques, 150 m2 de panneaux solaires thermiques, couplées à une pompe à chaleur et à un système de récupération de la chaleur des eaux usées, couvrent les besoins en eau chaude sanitaire de l’Auberge de jeunesse. Une VMC double flux limite les échanges avec l’air extérieur, et un puits canadien assure le rafraîchissement des salles de spectacle et de réunion.

Enfin, les eaux de pluie sont récupérées pour l’arrosage du jardin couvert et les espaces verts sur une surface de 9 000 m2.

 

 De gauche à droite : les panneaux solaires couvrent l'Auberge de jeunesse ; la structure métallique supporte les panneaux ; les vagues de panneaux sur le bâtiment.

 

La ville opérateur

Avec la centrale de la halle Pajol, la ville de Paris réitère son engagement en faveur des énergies renouvelables et tout particulièrement du photovoltaïque. Ainsi, à ce jour sont installés sur le territoire parisien plus de 11 000 m2 de panneaux photovoltaïques (dont le stade Jean Bouin – 2 800 m2 – et la halle Pajol) et plus de 9 000 m2 de panneaux solaires thermiques. Et seuls 1% de ces panneaux sont installés sur des toits privés.

 

 

La Ville de Paris a été lauréate d’un appel d’offres portant sur la construction d’installations de production d’électricité à partir de l’énergie solaire de puissance supérieure à 250 k lancé par l’État début 2012. La Ville a obtenu un tarif d’achat de 15 c/kWh, soit un peu mieux que le tarif en vigueur aujourd’hui. L’électricité produite par les panneaux en toitures est revendue en totalité à ErDF.

Le montant des travaux solaires s’élève à 1,6 millions d’euros HT (valeur juillet 2011), soit 800 € HT par panneau. Cette opération a été financée par la Ville de Paris à hauteur de 55%, avec la contribution de la SEMAEST (société d’économie mixte d’aménagement de l’est de Paris) et de la Région Île-de-France (respectivement 35% et 10%).

 

 

 De gauche à droite : les panneaux solaires thermiques, les salles sous les panneaux photovoltaïques

 

Caractéristiques techniques

  • 1.988 panneaux solaires photovoltaïques installés sur les pans sud des sheds soit 3.500 m² ;
  • 465 kWc de puissance cumulée (puissance maximale délivrée par l’installation pour un ensoleillement standard de 1.000 W/m² à 25 °C) ;
  • 410.000 kWh de production annuelle attendus ;
  • 1,6 M€ HT d’investissement pour la seule centrale