(78) Rambouillet

La pompe à chaleur solaire au centre de rééducation de Rambouillet

L’objectif du centre de rééducation de Rambouillet était de chauffer les bassins de nage et de produire de l’eau chaude sanitaire pour l’extension de l’hôpital. La solution retenue est un système alliant un capteur moquette solaire et des pompes à chaleur. 300 m2 de surface (en trois champs de 100 m2) sont alimentés avec de l’eau glycolée circulant dans la moquette solaire.

Cette eau glycolée alimente deux pompes à chaleur de 12 kW pour l’ECS et deux de 18 kW pour l’eau des bassins. Cette installation, très facile à mettre en œuvre, utilise un système développé depuis le début des années 90 par HELIOPAC pour valoriser l’énergie solaire. L’originalité réside dans le capteur moquette solaire à basse température qui permet de travailler sur des grands volumes.

 

Il est possible d’obtenir des coûts d’investissement au m2 intéressants quand les besoins en eau de chauffage sont importants. Le coût est régressif en fonction de la capacité installée.

 

L’eau chaude sanitaire est produite en autonomie de mars à avril tandis que des chaudières d’appoint sont utilisées pendant les mois d’hiver.

 

Le système peut s’appliquer quand les besoins en eau chaude sont compris entre 2 et 90 m3 par jour, dans des hôtels ou dans des logements collectifs. Un appoint électrique peut être utilisé au lieu de la chaudière en hiver. Le système permet de rester autonome la majeure partie de l’année.

 

Principe de fonctionnement du système

Le capteur solaire non vitré est, en général, implanté sur la toiture du bâtiment. il est constitué d’une nappe de tuyaux en caoutchouc élastomère résistant aux UV et aux intempéries. Dans le capteur solaire circule un antigel (Mono Propylène glycol) de qualité sanitaire. La liaison entre le capteur solaire et le local technique est réalisée par une tuyauterie aller/retour.

Dans le local technique, une pompe à chaleur puise la chaleur de l’antigel du circuit solaire pour la transférer vers l’eau chaude sanitaire (ou vers l’eau d’un bassin de piscine) à un plus haut niveau de température. En puisant son énergie calorifique, la pompe à chaleur refroidit donc le circuit solaire. Quand celui-ci devient plus froid que la température extérieure, le capteur solaire est en mesure de récupérer non seulement de l’énergie solaire, mais également de l’énergie prise à l’atmosphère par échange convectif.

Sur certaines installations, un échangeur de chaleur permet de réaliser un premier préchauffage de l’eau (préalable à celui réalisé à travers la pompe à chaleur) lorsque le capteur solaire est exposé à un ensoleillement important.

 

 

Crédit photos : HELIOPAC